lundi 3 mai 2010

Le Cave se rebiffe



(stylo bille)

- Ah évidemment j'en suis pas encore aux toiles de maître, mais enfin c'est un début!
- Oh... c'est un début qui promet. Mais tu vois si j'étais chez moi comme tu le disais si gentiment, bah j'mettrai ça ailleurs.
- Qu'est-ce que je disais, y s'rait mieux près de la fenêtre. Tu le verrais où toi ?
- À la cave.
B.Blier/J.Gabin (dialogue : Audiard).

6 commentaires:

Poussinaute a dit…

Dis-moi donc, Guillaume, ne serait-ce pas tiré de "Le Viking se rebiffe" ?
Je te salue de mon chapeau ou de ma casquette, c'est au choix, les deux sont très bien !
Moi je le verrais bien dans le salon, en y réfléchissant bien !

Grand a dit…

'Ttention, la cave prends l'eau (de mer), le Viking a lâché "l'encre" avec style (o bille)...
V'là une bien bath version mon ami, bravo !

BODARD a dit…

La vraie caricature c'est comme le faux talbin, c'est un travail qui se fait dans le feutré.

Guillaume Néel a dit…

Poussinaute : S'il s'agissait de la version dont tu parles, les dialogues seraient bien moins léchés et serait plus du genre "munrff", "roarr", "grunf", "heula" et "par Wotan".
Pour ton salon, je peux au besoin t'envoyer une copie haute def de ce travail, car pour l'heure, je n'ai pas statuer de l'avenir de l'original (n'ayant pas de cave...hormis à vin).
Je te salue de mon casque ailé de parade (ceux pour le combat, n'ayant pas de décoration).

Grand : Dans le Sud Loire Nantais, les caves contiennent surtout du muscadet. Si j'y passais trop de temps, je ne saurais même plus comment on tient un crayon entre ses doigts.
Merci à toi Denis.

Bodard : Tu es un dialogophile hors-pair mon cher Christophe. De ton travail (et celui de bien d'autres que je vais très souvent visiter) je citerais Dabe(Gabin) : "Dans la vie, ne pas reconnaître son talent, c'est faciliter la réussite des médiocres".

Thierry a dit…

C'est stupéfiant comme, tout à coup, les images du film reviennent en mémoire sous l'influence de ton coup de patte (cela dit, je ne les avais pas oubliées non plus). Si la représentation des comédiens est un exercice en soi, la restitution de l'atmosphère qui se dégage de ce film, et de cette scène en particulier, en est un autre. Tu as accompli les deux avec brio, sans oublier de faire passer, en plus, le plaisir que tu as eu de dessiner ces deux monstres sacrés. Bref, voilà au moins trois raisons d'apprécier une performance qui a l'élégance de paraître complètement naturelle.

Guillaume Néel a dit…

Je dirais même cette trilogie cinématographique (qui se conclut par les tontons flingueurs) est restée gravée dans les mémoires de tous ceux qui ont eu le plaisir de les regarder et entraine chez beaucoup de dessineux le plaisir de les représenter.
Ce fut le cas pour moi, car j'ai refait Blier (une des premières caricatures réalisées vers 10-12 ans) et je me suis enfin approché de quelque chose de satisfaisant pour Gabin (qui me glisse souvent entre les doigts).
Et puis dessiner des monstres, c'est toujours agréable.
L'atmosphère présente ici, provient surtout de la photo source.
Merci à toi, Thierry pour ce partage.

Rechercher dans ce blog