samedi 29 mai 2010

Qu'est-ce que tu me raconte là ?



(encre de chine et aquarelle)

Gary Coleman, nous a quitté après nous avoir marqués dans les années 80 en jouant dans une série TV qui parlait d'intégrationle "Arnold & Willy" (Diff'rent strokes).

6 commentaires:

BODARD a dit…

Décidément, cette série joyeuse et trés réussie aura été marquée par les tragédies de ses interprètes ! Difficile d'imaginer Gary autrement que les bras croisés, marrante ta caricature, j'aime bien la lumière sous les bras.

Grand a dit…

Christophe m'ôte les mots de la bouche...Espérons que Todd Bridges (Willy dans la série et dernier "gosse" encore vivant) ne croit pas trop au dicton: "Jamais deux sans trois"! (remarque, un jour ou l'autre...)

Sympathique hommage tout en tendresse en tout cas pour cet acteur au parcours autant cahotique que cathodique.

Guillaume Néel a dit…

De mémoire, seul le père dans la série n'a pas subi les affres de la célébrités. Pour les autres, drogues, coup et blessures (et meurtre pour l'un), prostitutions (soit d'un côté, soit de l'autre).
Pour la lumière basse, tout tient dans une matière exceptionnelle qui réfléchit tout, le lino ;)
Merci Christophe.

Guillaume Néel a dit…

Jolie formule de fin, Denis.
De mémoire des années 90 ou 2000, je crois que Willy est le dernier vivant car il est le seul à avoir tuer quelqu'un, en légitime défense.
Ça aurait pu être lui et faire naître une grande légende maudite à l'américaine.
Comme disait la chanson, "faut de tout pour faire un monde"

Thierry a dit…

C'est tout à fait lui, qui plus est dans l'attitude et l'expression que le public connaissait le mieux de lui. Décidément tu te balades à l'aise dans la caricature, cet art noble et, oui, lis : bravo Guillaume !

Guillaume Néel a dit…

Assez étonnamment, bien qu'elle soit l'attitude qui a marqué me semble-t-il également, toutes les mémoires, je n'avais pas trouvé de photos de cette pose et ai du composé.
Bravo Thierry pour ce dernier dont toi seul maitrise la formule.

Rechercher dans ce blog