jeudi 20 mai 2010

Satchmo



(peinture à l'encre de chine)

Surnommé aussi Satchmo (satchel-mouth : bouche-sacoche), Louis Armstong avait un sourire et un rire que l'on oublie pas.

Durant de nombreuses années, les noirs n'avaient même pas le droit d'aller écouter dans les bars écouter la musique jouer par leurs amis et musiciens noirs.
Ces musiciens étaient eux-même assez contraints dans leurs actions entre deux chansons, et n'étaient (au début) présent dans les bars que par effet de mode et de l'attrait des jeunes populations blanches pour le début du jazz.
Contrairement à beaucoup de ses comparses jazzman, Louis Armstrong fut le premier à se centraliser uniquement sur la musique et à ne pas se poser comme victime de la ségrégation. C'est en faisant de la sorte qu'il put populariser son art et amener petit à petit la population blanche américaine à accepter d'intégrer la population qui ne leur ressemblait pas.
Cela ne se fit pas en un claquement de doigt, ni en trois coup de pistons.

4 commentaires:

Thierry a dit…

L'expression est bien saisie, avec une énergie dans le trait qui convient parfaitement à la tension du visage. Magnifique !

Guillaume Néel a dit…

Une des questions que je me pose souvent est "Est-ce que l'énergie provient du modèle, du médium et du média, ou de celui qui le retranscrit (écrivain, musicien, photographe, peintre, caricaturiste...) ?
Si tu as un élément de réponse...

Thierry a dit…

C'est forcément un peu de tout cela à la fois, l'inspiration n'étant pas toujours au même endroit suivant les modèles. Certes, la technique et l'habileté peuvent faciliter le travail, mais ce n'est pas ce qui donne inévitablement le meilleur résultat. En fait, ça tient probablement à un concours de circonstances, à l'humeur du jour et l'empathie à l'égard de tel ou tel visage, au support et aux outils employés, etc. Bref, certaines fois on se sent plus inspiré que d'autres, le dessin semblant venir plus vite au bout des doigts... Naturellement, ce ne sont là que des hypothèses, mais je ne saurais être plus affirmatif et encore moins prétendre qu'il existe des recettes toutes prêtes.

Guillaume Néel a dit…

Il est vrai que j'avais oublié l'élément temps et instant.
Tes hypothèses sont celles que je partage, même si je ne peux m'empêcher de les remettre en cause bien souvent. Peut-être une façon de faire évoluer ou avancer mon travail en ne me contentant pas de ce que je fais déjà. Ces questions me poussent à expérimenter.

Rechercher dans ce blog