mercredi 14 avril 2010

Zemmouruto



Seul être bien pensant du monde de la critique et de l'univers télévisuel,
Éric Zemmour attaque de front sur fond de préjugés et d'idées préconçues le Manga.
Ne sachant réellement s'il s'agit de lecture ou d'animations, il cumule pèle-mêle les genres et crache son venin sur toute la production des mangaka
(lire l'article et la vidéo ici).
Cette homme médiatisé, ne se rend pas compte de son inculture de genre graphique et du tort qu'il fait aux arts graphiques dans son ensemble.
Que Zemmouruto précise "qu'il n'est pas sensible" à cet univers ou "qu'il n'aime pas" est une chose que quiconque pourrait accepter sans peine. Qu'il se sente mieux pensant que tous et qu'il profite de sa position pour descendre gratuitement ce qui ne l'intéresse pas, en plaçant successivement des mots agressifs les uns derrière les autres , n'est autre qu'un péché d'orgueil et une preuve flagrante de manque d'intelligence si cultivé soit-il.

Pour information Manga se compose de ga () qui désigne la représentation graphique (dessin, peinture, estampe...), et man () qui traduit le sens d'involontaire, de divertissant, de dérisoire, mais aussi d'exagération, de caricature ou de satire. En associant les deux idées, on pourrait dire que le manga est une image dérisoire, un croquis rapide visant à divertir...
Si depuis Osamu Tezuka, le terme s'impose pour caractériser la bande dessinée japonaise puis le dessin d'animation, le manga n'était au début qu'une forme de dessin de presse ou dessin satirique se moquant du pouvoir en place.
Si les codes de lectures ne sont pas les mêmes, pour le moins, l'évolution du manga a suivi de près celle de l'illustration occidentale. Craché sur le talent orientale revient à cracher sur le talent universel, car s'il y a bien une chose que l'histoire nous a toujours appris, c'est qu'il n'y a pas un peuple inférieur, y compris dans toutes les formes d'art.
Le Chroniqueur acide aurait mieux fait d'ouvrir sur la diversité et l'importance de l'influence graphique et intellectuelle de tous bords. Le métissage a ceci de bien, qu'il permet d'éviter de s'enfermer dans ses erreurs et d'amener une réelle évolution sous toutes ses formes ou de nouveaux éléments à un domaine.

2 commentaires:

Thierry a dit…

Cette caricature me paraît un poil trop douce, bien que la froideur du regard soit bien là, avec néanmoins quelque chose de mordant dans cette surprenante et réjouissante version manga.
Il ne serait pas inutile de préciser que le meilleur moyen de ne plus entendre parler de ce type serait encore de l'ignorer complètement. Le laisser disserter dans le désert assècherait surement sa langue et lui ferait les pieds.

Guillaume Néel a dit…

Avec des similitudes physiques à celle d'un fennec (Grandes oreilles, grands yeux, petit museau pointu, apparence chétif), même dans un désert, il serait tenter de survivre et de tenir des conférences sur sa pensée unique aux cafards qu'il croiserait. La carne a la peau dur, mon cher Thierry.

Très étonnamment du reste, il possède un regard aussi doux que froid, ce qui laisse entrevoir fourberie et ambivalence.
Les traits de son visage quand il rit, laisse entrevoir beaucoup plus les grandes lignes de sa personnalité mesquine.

Rechercher dans ce blog