dimanche 17 octobre 2010

Le Maître



((crayon de couleur))

En noir et blanc aussi bien qu'en couleurs, Jean Mulatier réalise ses caricatures hyper-réalistes au pinceau, par un travail de traits fins très serrés et croisés.
Cette technique d'une finition très précise, permet un fort agrandissement à la parution, parfois très supérieur à l'original.

8 commentaires:

BODARD a dit…

Bel hommage à Jean Mulatier, un de nos maîtres sans aucun doute. Et en couleur, siouplé... parce qu'il le vaut bien ! Je reconnais sans hésiter son regard plein de bonté et son petit nez rond...

Guillaume Néel a dit…

Merci Christophe,
J'aurais aimé le réaliser dans sa technique, mais je ne m'y suis jamais essayé.
Lui ayant envoyé par mail, j'espère qu'il aura la même indulgence que toi mon ami.

Grand a dit…

Beau boulot, Guillaume...je t'achure!!

Guillaume Néel a dit…

Ça fait au moins trois fois que je relis ton message avant de te répondre tellement il m'amuse.
Merci à toi mon ami pour ce trait d'esprit.

oil a dit…

Un bien bel hommage à notre maître à tous!! Bravo c'est achement bien !! :)

Guillaume Néel a dit…

Merci pour ce commentaire qui gaze, Oil

Thierry a dit…

Pour avoir eu la chance d'admirer quelques originaux du maître à Saint-Malo, je peux t'assurer que sa technique est redoutable. Ce n'est déjà pas rien de détailler ses jeux de trames en noir et blanc, mais en couleurs, ça devient de la folie. D'autant que ses dessins ne sont pas très grands...
Bref, tout cela pour exprimer ici le bonheur que cet hommage rendu à Jean Mulatier me procure. Ton dessin, dans une palette de couleurs aussi joyeuse que lumineuse, est un pur plaisir de contemplation.

Guillaume Néel a dit…

Je n'ai pas pu observer ces originaux couleur à St Malo, mais j'ai eu la chance de faire un salon avec lui, de manger à ses côtés (je l'ai plus écouté que je n'ai mangé) et de contempler sa façon de travailler au crayon papier sur des croquis rapide, avant qu'il disparaisse à travers les champs (entourant le lieu du festival) pour aller prendre des photos de la nature au bord de l'automne.
Un sacré souvenir (bien je ne sois pas adepte du fanatisme).
On ne peut qu'apprendre en observant ses travaux.

Rechercher dans ce blog