vendredi 8 janvier 2010

la Chute



Sa quête de l'absurde, naissant de la confrontation de l’appel humain
à connaître sa raison d’être et l’absence de réponse du milieu où il se trouve,
a donné de œuvres littéraires majeures:

Le Mythe de Sisyphe, L'Étranger, Le Malentendu, La Peste, Les Justes,
L'Homme révolté, La Chute, La Mort heureuse...

Je reste un peu dégouter
qu'un président tente de redorer sa propre image et gagner des points dans les sondages, en alliant (à vie) son image people et arriviste, à l'entrée d'Albert Camus au Panthéon, alors qu'il ne partage pas un quart des valeurs de cet Humaniste.
Que Camus se tranquillise, la révolte n'aura de cesse de vouloir résoudre l'absurde.


C'est le superbe portrait (ici) réaliser par l'excellent Christophe Bodard qui m'a donné envie de donner ma version du Monsieur.
Il y eut en son temps celle de l'inimitable Maester (ici).

6 commentaires:

BODARD a dit…

C'est un bien bel hommage que tu fais là au grand Camus (caricature ET texte !). Et je suis touché que ce soit mon portrait d'Albert qui t'ait donné envie... Quant à la version sublime et quasi-parfaite de Maëster, moi, elle me donnerait plutôt envie d'arrêter de dessiner ;O)

Guillaume Néel a dit…

Je ne suis pas à la hauteur de la force de ton portrait, mais il y a des dessins qui sont parfois pulsionnel.
Perso, quand je vois une belle illustration, ça me donne plus envie de bosser que d'arrêter.
Quand je prends un mur, j'ai plutôt tendance à refoncer dedans.
Nan, j'suis pas maso ! Nan, c'est pas vrai !

Thierry a dit…

C'est bien Camus, avec ce trait qui te caractérise désormais. Beau travail d'exagération et d'expression, Guillaume.

Guillaume Néel a dit…

Je ne sais pas si ce trait me caractérise plus qu'un autre car mon "cas mue" sans cesse au fil de mes envies.
Par contre la lecture en fin d'adolescence (si je l'ai fini un jour) de la Peste, l'étranger et la chute, mon énormément marqué, et fait réfléchir sur l'humain.
Je crois que c'est depuis ces lectures,que je me suis mis plus en retrait des individus et que j'observe pour mieux comprendre.

Poussinaute a dit…

Je suis très sensible à ton dessin très fidèle de Camus.
Super, Guillaume, l'exagération ne fait que renforcer l'impact de cet écrivain qui m'a marquée aussi à l'adolescence.

Guillaume Néel a dit…

Sa vision de la société a profondément modifier la mienne lorsque je perdais légèrement ma naïveté sur le monde qui m'entourait.
Merci à toi.

Rechercher dans ce blog