vendredi 25 septembre 2009

Renoir c'est noir

Bien que touché par de l'art trite sévère, ce qui a marqué les oeuvres de cet artiste inclassable (qui fut un bref instant membre de l'école de l'impressionisme), c'est la constante sereinité et joie de vivre qui transparaissaient dans ses tableaux.
À la fin de sa vie, il a préféré sacrifier la possibilité de pouvoir continuer à marcher au profit de continuer à peindre.

2 commentaires:

Thierry a dit…

Malgré la souffrance et la difficulté de peindre, son auguste regard était resté facétieux. Tu as bien rendu le visage très émacié qu'il avait à la fin de sa vie, la déformation des mains à laquelle la maladie le condamnait.
Tous mes encouragements pour la suite !

Guillaume Néel a dit…

Le pire, c'est que j'ai à peine caricaturer ses mains, alors que comme il était décharnu à la fin de sa vie, la rondeur de l'inflammation est trés impressionnante.

Rechercher dans ce blog